Céline Delrieu, responsable du pôle féminin, capitaine des seniors et éducatrice U15: interview

En cette longue période de confinement, nous avons décidé d’effectuer un tour d’horizon de la JSC. Nous continuons notre voyage au sein de la JSC par l’interview de Céline Delrieu, responsable du pôle féminin, capitaine de l’équipe Senior et éducatrice des U15F.  (A suivre…)
C’est bon la victoire!!!
L’interview réalisé par téléphone (confinement oblige!) par Robert Grisolia le 11/04/20:
Salut Céline. Peux-tu te présenter ?
Je suis née le 10 janvier 1983 à Toulouse. Je n’ai jamais quitté Toulouse depuis. On peut dire que j’y suis confiné, le terme est à la mode. Ma profession, c’est secrétaire médicale. En ce qui concerne ma situation familiale, c’est vite fait, je suis toute seule. Je suis célibataire.
Au niveau sportif, qu’est-ce que tu peux nous dire ?
J’ai suivi mon petit frère qui a commencé à 4 ans à jouer au foot à Tournefeuille. Je l’ai suivi jusqu’à 16 ans quand il a arrêté de jouer à Tournefeuille. J’avais commencé à être dirigeante, quand il avait 14 ans, je crois, à Tournefeuille. Je ne jouais pas encore au foot, mais je jouais beaucoup avec lui dans le jardin avec ses copains. En fait, je faisais du hand-ball. J’ai fait 14 ans de hand-ball, 1 an à Tournefeuille et 13 ans à Blagnac. Durant ma petite carrière, j’ai eu la chance, en moins de 18, de faire le championnat de France. Ensuite, j’ai joué en seniors au niveau national. Donc, j’ai joué à un haut niveau. C’était très intéressant ! J’étais gardienne de but. Après, j’ai arrêté le hand et j’ai fait du karaté-contact et, puis, je suis venue au foot. Depuis combien de temps ? J’ai l’impression que ça fait 10 ans que je suis au club. En fait, j’ai commencé à jouer au foot, ça fait maintenant 3 ans. J’avais vu l’annonce sur footpy qu’avait fait passer Jonathan, quand il a créé la section féminine. J’ai appelé et il m’a embarquée tout de suite dans cette aventure.
Mais il me semble que tu as été dirigeante dans d’autres clubs ?
En effet, j’ai commencé à être dirigeante à Tournefeuille. Ensuite, j’ai été dirigeante et secrétaire à Lardennes quand j’ai suivi mon frère quand il a repris le foot. Et puis, je crois que ça a été le cas à Cugnaux la 1ère année et secrétaire du club l’année d’après.
Qu’est devenu ton frère que tu as suivi sur son parcours de footeux ?
Il a arrêté vers 21 ans à cause de sa formation professionnelle puisqu’il est pâtissier. Et là, il est pâtissier sur Montpellier, depuis un an.
Peux-tu me dire un mot sur cette saison qui malheureusement risque de ne pas se terminer normalement ?
Je suis coach des U15 filles et joueuse en seniors, c’est très frustrant parce qu’on avait réussi à qualifier les 2 équipes pour la D1 qui est un niveau autrement intéressant que la D2. Avec les petites, on était qualifiées pour les ½ finales de la Coupe et, avec les grandes, on était qualifiées en ¼ de finale qu’on n’a pas pu jouer à cause du confinement. C’est très frustrant !
Parle-nous de la saison avec les U15 dont tu avais la charge ?
Pas que les U15 ! J’avais en charge la section féminine dans sa globalité. Ensuite, effectivement, j’étais coach des U15 où j’avais 3 âges différents puisque, chez les filles, tu peux jouer en 3 catégories. Donc, j’avais des U13, U14 et U15, les trois pouvaient jouer dans la même catégorie.
C’était un super groupe d’une quinzaine de filles, toujours 15 à l’entraînement, qu’il pleuve, qu’il vente … Vraiment très assidues, très sérieuses. On a fait de très bons entraînements dans le calme. Je n’ai jamais eu un problème, ce qui est très appréciable, contrairement à l’an dernier où il y a eu des problèmes de comportement. C’était vraiment chouette ! On avait deux entraînements par semaine, le lundi et le mercredi, un sur le synthé, l’autre sur l’herbe, ce qui était très bien parce qu’au final on s’est rendues compte qu’on était la seule équipe à jouer sur un synthétique. Donc le fait de pouvoir s’entraîner une fois par semaine sur l’herbe, on ne perd pas le jeu sur herbe qui est totalement différent de celui sur synthétique.
J’ai eu vraiment cette année la chance d’avoir une très belle équipe. C’est pour ça que je me sens frustrée pour les filles, qu’elles n’aient pas pu faire ce championnat et aller plus loin en Coupe ce dont elles étaient capables. Et, au niveau championnat, elles pouvaient prétendre à une place intéressante au classement.
Explique-nous cette histoire de D1 et D2 en championnat.
La première partie du championnat de septembre à début décembre, c’était une poule de brassage où il y avait 2 poules. En début de saison, on nous avait dit que les 3 premières de chaque poule monteraient en D1 et les 3 dernières joueraient en D2. Sauf, qu’entre temps, ils ont changé d’avis ce n’était plus les 3 premières qui montaient, mais les deux premières parce qu’ils ont ajouté les 2 premières de la poule du Tarn. Nous, on a terminé secondes derrière Bruguières, seule équipe qui nous ait battues et on a gagné notre place en D1. On devait jouer notre premier match le 1er week-end du confinement. C’est dommage, parce qu’on devait rencontrer l’équipe d’Albi, une équipe de plus haut niveau. C’était très intéressant, même s’il n’y avait pas d’enjeu. Il faut dire qu’en foot à 8, ça se passe au niveau District et tu n’as ni montées, ni descentes.
 Que penses -tu de ce type de pratique, le foot à 8 ?
Les U15 peuvent jouer à 8 et à 11. La différence avec les seniors, c’est qu’en seniors à 11 tu peux jouer en District et si tu finis première, tu montes en Ligue. Il y a donc un enjeu en Seniors que tu n’as pas à 8 en District. La différence avec les U15, soit tu joues à 8 et tu joues en District, soit tu joues à 11 et tu joues en Ligue d’emblée. Pour les U15, c’est le challenge qu’on s’est donné, c’est de jouer à 11 en Ligue l’an prochain.
 Quelle est la force de cette équipe U15 F ?
La force de l’équipe, c’est d’abord la gardienne qui nous a sorties des épines sur bon nombre de matchs. Ensuite, la défense, on jouait à deux ce qui n’est pas facile, mais les filles se sont toujours débrouillées avec des remplaçantes qui tenaient la route largement. J’avais un très beau milieu de terrain et une attaquante qui est une pile électrique. Voilà la force de l’équipe.
 Et sa faiblesse ?
Alors le défaut, c’est le mental et l’envie. Si elles n’ont pas envie de courir, c’est dur. Après je reconnais que j’ai eu de la chance. Honnêtement, sur tous les matchs qu’on a faits, amicaux compris, ça m’est peut-être arrivé sur un match. Elles n’étaient pas dedans la première mi-temps, mais, à la pause, je mettais une « soufflante » et à la 2ème mi-temps, on gagnait le match, tu vois. Donc, ce n’est pas sur tout le match où c’était la cata.
Ton meilleur souvenir en U15 F ?
On a eu beaucoup de victoires. Alors, beaucoup de bons souvenirs.
Un mauvais souvenir ?
C’est la défaite contre Bruguières. On perd parce qu’on n’a pas de gardienne. Le côté positif sur ce match, c’est que j’ai eu deux joueuses qui se sont proposées pour faire chacune une mi-temps. Mais, si on avait eu la gardienne et, si les deux joueuses qui l’ont remplacée, avaient pu jouer dans le champ, je pense qu’on n’aurait pas perdu. Mais, c’est vraiment le seul point négatif parce qu’après elles font de super matchs.
Tu m’as dit tout à l’heure que tu étais responsable de la section féminine cette saison. Peux-tu me dire en quoi ça consistait ?
Il fallait que je m’occupe de toutes les équipes des U11 aux Seniors, que je fasse le lien avec le bureau pour les informations à communiquer aux éducateurs. Ensuite, que ce soit en U18 ou en Seniors, il nous a fallu trouver des éducateurs en cours de route. En début de saison, il a fallu recruter des filles …
Donc, c’était du boulot, d’autant plus que tu avais une équipe en charge. Tu es aussi capitaine des Seniors. Peux-tu nous en dire un mot ?
On a pu repartir à 8 ce qui n’était pas gagné en début de saison. C’était chouette. Avec une équipe qui a d’énormes qualités que ce soit chez les jeunes ou chez les moins jeunes. D’énormes qualités techniques et un gros potentiel. On s’est qualifiées en D1, pas par hasard. On a eu la chance de trouver Pascal comme coach. C’est le premier coach qui nous a apporté beaucoup dans le jeu collectif parce qu’au début on jouait sur les individualités mais pas sur le collectif. Ça change énormément quand tu joues collectif. Le plus dur a été de gérer les écarts d’âge qui sont parfois importants.
Un projet pour cette section féminine est en cours et même bien avancé pour la saison prochaine. De quoi s’agit-il ?
Effectivement, on a bien avancé sur un projet de foot à 11 en Seniors. Quasiment toute l’équipe reste. Deux ou trois jeunes intègreraient cette équipe Seniors, qui l’avaient plus ou moins intégrée cette année. C’est très intéressant. Quelques recrues de bon niveau devraient arriver. Donc, on devrait avoir une équipe intéressante pour jouer le championnat de foot à 11 qui est beaucoup plus relevé que celui du 8.
Ensuite, le pôle féminin continue à se structurer. L’an prochain, on aura la chance d’avoir une directrice technique chez les féminines qui sera Nisrine Daoudi et une secrétaire, ce sera moi. On a obtenu, grâce à Jonathan, un local de rangement pour le matériel rien que pour les filles. J’espère aussi qu’on pourra étoffer notre matériel.
En ce qui concerne les jeunes, nous allons renforcer les U15 pour pouvoir tenir la saison en foot à 11. Pour ces U15, dont j’aurai la charge, l’avantage que j’ai, c’est que nous allons garder les mêmes filles. Je pense que j’aurai une très bonne défense, une très bonne gardienne. En fait, j’aurai un onze de départ très bon que ce soit au milieu, devant, derrière. Le point un peu négatif, ça va être le banc qu’il faudra un peu renforcer.
En U13, on est partis pour faire 2 équipes avec 2 niveaux différents, je pense. C’est Aurélien qui s’en occupera. Ensuite, on va relancer les U11, pour ne pas laisser en route les petites U9 qui passent en U10 et les U10 qui passent en U11 et qui ne pourraient pas jouer en U13. La grosse interrogation, à l’heure actuelle, se serait le U18.
Autre chose ?
Juste dire que j’espère retrouver tout le monde en forme et en bonne santé. Que ce coronavirus n’aura pas fait de ravage dans la JSC, dirigeants, joueurs, éducateurs, entraîneurs, parents de joueurs…
Tu es, toi-même, dans le milieu médical et tu as une maman qui est infirmière, je crois savoir. Comment ça va ?
J’ai aussi une joueuse qui est infirmière. Toutes les deux vont bien. L’une travaille en clinique, l’autre est aux urgences au CHU de Purpan. On a eu la chance dans le sud de ne pas avoir la grosse vague. Elles peuvent le prendre mieux que dans le nord même si elles sont en première ligne.
 En tout cas, tu les remercieras ainsi que tout le personnel qui les entoure pour le travail formidable qu’ils font. Qu’elles sachent que toute la JSC les soutient dans cette dure épreuve.
Merci Céline et à très bientôt sur le rectangle vert.

Quelques photos archives:

Equipe senior à 8 saison 19/20
équipe senior à 8 début saison 19/20
équipe senior à 8 – photo officielle – automne saison 19/20
équipe senior à 11 saison 17/18
équipe senior à 11 saison 17/18
équipe senior à 8 début saison 19/20
équipe senior à 11 début saison 18/19
L’équipe U15F qu’elle avait en charge cette saison 19/20
la récompense décernée par le District en 19/20
Ces talents de pâtissière elle doit les tenir de son frère pâtissier. (saison 18/19 au tournoi Queste).
Au tournoi « Cédric Queste » de Cugnaux saison 18/19
Tournoi futsal de Cugnaux- à l’arbitrage (saison 18/19)
En compagnie de Pascal Renosi, entraîneur seniors filles, et d’Eric Taborda, directeur technique de la JSC avant un match U20 (fév 2020)
tournoi futsal à cugnaux avec toute la délégation cugnalaise 18/19
Avec toute l’équipe de déménageurs en décembre 2019