post

Yannick Lechiara, éducateur U10 A: interview

PHOTO mise en avant: Au tournoi de Saint Simon avec son compère Jean Denis –  septembre 2018
Durant cette période de confinement qui n’en finit plus, nous continuons notre voyage sur la Planète JSC par l’interview de Yannick Léchiara,  éducateur U10 A.  (A suivre…)

Les U10 A et B – saison 2019/2020 – et leurs éducateurs de G à D : Sébastien, Samir, Jean Denis et Yannick.

 

Interview réalisée par téléphone (confinement oblige encore!) par Robert Grisolia le 04/05/2020
Salut Yannick. Comment ça se passe ton confinement ?
En fait, je ne suis pas tellement confiné que ça puisque mon travail m’oblige à travailler sur site quasiment en permanence et, au minimum, une semaine sur deux à la maison, mais je suis obligé de me déplacer. Je ne suis pas réellement confiné. Je travaille dans la banque. On a beaucoup de travail pour faire fonctionner les distributeurs pour que les gens puissent retirer de l’argent, c’est très important, mais, également, pour faire des prêts aux sociétés qui voient leur chiffre d’affaire baisser et qui ont besoin de trésorerie. Donc, on répond à ce titre-là, on a donc beaucoup, beaucoup de travail.
Quel est ta profession ?
Comme je te le disais, je travaille dans la banque. Je suis directeur de groupe d’agences et donc je m’occupe de 12 agences sur l’Est de Toulouse de Castelginest à Castanet au LCL.
Peux-tu te présenter ?
Je suis né le dimanche 2 octobre 1983 à Reims et donc grand supporter du stade de Reims. Je suis très content de voir que Reims va terminer 6ème du championnat et, potentiellement, retrouver l’Europe. C’est donc un moment historique pour les Rémois. Je suis marié avec 2 enfants dont mon garçon qui est licencié à la JS Cugnaux dans l’équipe que j’entraîne.
Peux-tu nous dire quel a été ton parcours sportif ?
J’ai commencé à jouer au foot à l’âge de 5 ans à Reims Saint Anne d’où est issu Robert Pires. J’ai joué jusqu’en Pupille dans ce club-là. Puis, je suis allé jouer dans un club, un peu à la campagne, l’Etoile de Muizon, toujours dans le 51 où j’ai joué jusqu’en 15 ans notamment en PH. Ensuite, je suis revenu sur Reims pour jouer dans le club de Reims Noémie où j’ai joué en DH de 15 ans à 17 ans. Ensuite, j’ai fait une pause dans le foot et je suis devenu arbitre Ligue en jeunes. J’ai arbitré quelques matchs de jeunes Nationaux. J’ai arbitré pendant 3 ans. Puis, j’ai recommencé en tant que joueur, en senior, dans un club de Reims où j’ai joué en DH. Ensuite, j’ai joué en foot entreprise en DH avec le Crédit Agricole où j’ai travaillé pendant 6 ans. Arrivé à l’âge de30 ans, j’avais moins le temps, entre le boulot et les responsabilités, j’ai pris du recul et je suis reparti en foot loisir sur Reims avant d’arriver à Cugnaux, il y a 4 ans de ça. Une des premières choses que j’ai faites en arrivant à Cugnaux c’était d’inscrire Raphaël dans son premier club de foot qui a été la JSC, avec toi-même chez les Débutants, et, moi, j’ai suivi le train en m’inscrivant chez les vétérans de la JSC avec lesquels, je joue encore aujourd’hui. C’est très sympa. On est dans un championnat Vétéran avec des matchs plutôt intéressants avec un niveau assez sympathique. Au niveau de l’atmosphère et de l’ambiance, c’est certainement une des plus belles ambiances de football que j’ai connues dans ma carrière de footballeur qui mêle le sportif et la convivialité. Cette année, j’ai même pris une licence senior pour jouer avec Pascal avec la 2, mais ça n’a pas pu se faire.
Pourquoi as-tu voulu devenir arbitre ?
En fait, j’avais un éducateur qui était arbitre qui m’avait un peu initié à l’arbitrage. En U17, j’avais été déçu par le football et, l’arbitrage, c’était une bonne manière de rester dans le foot et aussi de gagner quelques sous. Quand on est jeune, ce n’est pas négligeable. J’ai fait ça pendant 3 ans. Puis, je suis devenu apprenti dans la banque. Le côté financier était devenu accessoire alors j’ai eu envie de reprendre le foot. L’arbitrage, ça s’est fini un peu comme ça a commencé par un malentendu. De plus, mon emploi du temps ne me permettait pas d’être, et joueur, et apprenti, et arbitre.
Venons-en à ton parcours d’éducateur.
Ça a commencé au départ avec toi, en Débutants. Tu avais besoin comme tous les ans de parents pour t’aider à encadrer des équipes aux entraînements et sur les plateaux. J’ai donc suivi l’équipe de mon fils. Ensuite, j’ai continué un peu ce schéma-là en tant que dirigeant les années suivantes avec mon garçon. Je suis devenu, alors, l’éducateur principal de l’équipe. Cette année, il se trouve qu’il n’y avait personne pour reprendre les U10, alors, avec Jean Denis, on a pris l’équipe. C’était l’équipe 1, entre guillemets, c’est une équipe qui évolue ensemble depuis plus de trois ans à laquelle se sont ajoutés quelques garçons qui ont démarré le foot cette année avec lesquels on a eu de belles surprises.
Quels diplômes as-tu ?
Grâce à Jonathan que je remercie au passage, j’ai pu passer le module U11, juste avant le confinement, avec Sébastien et Jean Denis.
Est-ce que tu as l’intention de continuer ?
Moi, sur le principe, ça me plaît d’être éducateur, j’aime suivre les enfants et, puis, ça me plaît parce que ça me permet également de passer du temps avec mon garçon. C’est une occasion d’associer ces deux choses.
Parle-nous maintenant de ton équipe.
J’ai une appréciation très positive de l’équipe. C’est une équipe qui avait un noyau de joueurs qui évoluent ensemble depuis 3 ans, je pense à mon garçon évidemment, le garçon de Jean Denis, il y a le petit Burak, Yacine… Ils savent se retrouver et jouer ensemble. A ce noyau, se sont ajoutés quelques garçons qu’on ne connaissait pas qui venaient d’autres équipes et qu’on a su intégrer dans le groupe et aussi trois autres garçons qui démarraient le football et, avec qui, on a eu de très bonnes surprises avec Jean Denis. Ce sont tous des garçons qui sont investis, qui écoutent, qui travaillent, qui sont sérieux. Ce qui fait qu’on a une bonne équipe, cette année.
Entre l’équipe de l’année dernière où c’était un peu poussif, un peu brouillon et celle qu’on avait en début de saison, la manière dont ils ont progressé tout au long de l’année, honnêtement, c’est très, très intéressant. On a, là, une belle équipe de U10, quelque chose de sérieux, avec du jeu, avec des enchaînements, de la qualité physique, technique. Tout ça, on l’a observé tous les weekends sur les plateaux où, au-delà des résultats, on a vu vraiment du jeu sympa. Je pense que les parents comme les enfants ont pris du plaisir sur cette saison, malheureusement, trop courte. En tout cas, le plaisir était au rendez-vous et c’est un peu le maître mot de mes principes en tant qu’éducateur, c’est-à-dire que le message que j’essaie de faire passer, c’est qu’on vient à l’école du foot, et, à l’école, on y vient pour apprendre, pour écouter, pour se respecter et, avec ce côté, on va dire, plaisir de jouer tous ensemble.
A quel niveau jouiez-vous ?
Au début, on a été en brassage, puis on est passés en D1, le plus haut niveau, et on y est restés jusqu’au confinement.
Ces enfants jouaient, l’an dernier, en U9, au foot à 5, sur un ¼ de terrain à 11, ils sont passés, cette année, au foot à 8, sur un ½ terrain à 11, est-ce qu’ils se sont vite adaptés ?
Disons qu’on avait eu la chance en toute fin de saison de l’an dernier de pouvoir intégrer le futur groupe U10 avec le groupe de valério. On a aussi participé à un tournoi de foot à 8 pour commencer à le mettre en place. On a été confrontés à deux grosses difficultés : le positionnement sur le terrain où il a fallu trouver une organisation moins marquée qu’en foot à 5 où on a commencé en 3 3 1, pour ensuite leur apprendre à jouer en losange et changer de système de jeu pour passer en 2 3 2. La deuxième difficulté était plus physique que technique parce qu’ils passaient, en gros, d’un quart de terrain à 11 à un demi terrain à 11 où il fallait tenir des matchs de 25 minutes.
Quelle est le point fort de cette équipe ?
La défense !
Et son point faible ?
L’attaque !
Et avec les parents, comment ça s’est passé ?
Ça s’est très bien passé. Nous avons bâti les règles en début de saison au travers d’une réunion que nous avions provoquée avec Jean Denis, à laquelle Jonathan a participé. On a eu aussi un recadrage à faire, en début de saison, pour bien rappeler les règles : Qui dirigeait le club ? Qui dirigeait la catégorie ? Qui prenait les décisions ? Et voilà ! En l’occurrence, ce n’est pas les parents ! Mais une fois passé ce lancement qui est toujours un exercice un peu délicat, on a trouvé un vrai groupe parents et enfants.
Leur comportement autour du terrain ?
C’est très important. Les enfants sont là pour apprendre, pour s’amuser pour jouer et les parents y contribuent par leur comportement. Mais, les parents, ça peut être des perturbateurs aussi et, en l’occurrence, ça n’a pas été le cas des nôtres. Par contre, on a pu observer sur des plateaux que des parents pouvaient être un peu virulents. On assiste, parfois, malheureusement, à des comportements irresponsables de la part de parents surtout face à des enfants qui jouent pour jouer, où il n’y a pas de championnat. Ce ne sont que des plateaux sans enjeu, même s’il y a des brassages et des niveaux de manière à ce que les enfants puissent jouer dans un environnement qui soit favorable à l’apprentissage et au fait qu’ils puissent s’épanouir. On est sur du foot amateur, du foot loisir dans sa plus belle expression. Il n’est pas question que les enfants aient à subir les moindres pressions de qui que ce soit au bord des terrains.
Dis-nous quel est ton meilleur souvenir de la saison.
Il y en a tellement que j’ai du mal à en choisir un. Peut-être un plateau à Blagnac où on a réussi à tenir tête à Blagnac et à Colomiers, deux très belles équipes. Je n’ai même pas souvenir qu’ils aient gagné, peut-être une victoire et un match nul. Il y avait une équipe qui avait su faire corps.
Et ton plus mauvais souvenir ?
Je n’en ai pas !
Peux-tu nous dire ce que tu comptes faire la saison prochaine ?
La saison prochaine, un nouvel éducateur, Loqman, arrive en U11. J’espère que mon garçon pourra jouer avec Loqman en équipe 1 et, si c’est le cas, j’aimerais être avec lui comme dirigeant. En fait, mon avenir à moi, il va dépendre de celui de Raphaël. Mon objectif, c’est de suivre mon garçon. C’est l’essentiel pour moi.
Si j’ai bien compris, ton désir est de continuer d’être éducateur et de suivre ton garçon ?
Oui. Et de continuer à passer des modules !
Tu es au club depuis trois ans, qu’est-ce que tu penses de son évolution ?
Quand je suis arrivé dans le club, il était dans une position que je qualifierais de délicate, je ne dis pas qu’il en est encore sorti. En tout cas, je vois des changements sous l’impulsion de Jonathan, depuis deux ans. Une structure de club qui a évolué avec de nouvelles installations, une envie de faire progresser le club et de redonner à Cugnaux, on va dire, un peu de sa superbe qu’il a perdue. Parce que c’est un grand club reconnu dans toute la Haute Garonne! Aujourd’hui, il faut reconstruire et j’ai le sentiment qu’il y a une volonté de reconstruire à la base et, la base, c’est les jeunes. C’est de construire cette jeune génération de cugnalais qui pourront faire briller la JS Cugnaux. J’ai un œil très positif sur ce qui est en train de se passer à la JSC et j’espère que ça va continuer son chemin. Ça prendra peut-être du temps, mais c’est de ça que le club a besoin pour se reconstruire et le faire avancer, lui redonner aussi une dynamique en interne et en visibilité externe, l’interne étant tenu par le sportif et l’externe étant observé par les manifestations, le loto le vide grenier etc… qu’on essaye d’organiser pour faire en sorte que le club vive.
Autre chose ?
En ces temps de confinement, j’espère que les garçons prennent soin d’eux, sur le plan sanitaire bien sûr, mais aussi d’un point de vue sportif. Qu’ils s’attachent quand même, je l’espère fortement, à jouer au ballon, à faire des jongles, à s’intéresser au football pour qu’ils gardent dans un coin de leur tête le foot, l’envie, la motivation.
Merci Yannick. Je pense qu’ils suivront tes conseils. A très bientôt.

Et les photos souvenir:

Tournoi de Saint Simon avec les U7 en septembre 2016

Tournoi de Saint Simon avec les U7 en septembre 2016

Tournoi U7 « Cédric Queste » de Cugnaux à Dardé_ mai 2017

 

stage U7/U8/U9: vacances de Pâques 2017

stage U7/U8/U9: vacances de Pâques 2017

Tournoi de Carbonne U7: Pâques 2017

Tournoi futsal U8 de Cugnaux _ février 2018

U8 : photo officielle : saison 2017/2018

Tournoi de Saint Orens avec les U8/U9 : juin 2019

Tournoi de Tournefeuille avec les U9 :  juin 2019