Marianne Vergnes, chiropracteure, staff médical seniors 1: interview

Nous poursuivons notre voyage sur la Planète JSC, saison 2020/2021, par l’interview de Marianne Vergnes, chiropracteure (Bientôt la suite de notre voyage…)
Interview réalisée par Robert Grisolia le 09/11/2020 (pendant le reconfinement)
Bonjour Marianne. Peux-tu te présenter ?
Je suis née le jeudi 18 avril 1991 à Paris. J’habite à Cugnaux. Je suis en couple avec Camille Hermet qui est éducateur des U15 à la JSC. Je suis chiropracteur depuis deux ans et, à côté de ça, je fais du bénévolat dans une association « Good Morning Toulouse » qui est une radio toulousaine.
Est-ce que tu as un passé sportif ?
Un petit peu, oui. Pas trop en compétition, mais j’ai toujours fait du sport. Quand j’étais petite, j’ai fait de la gymnastique, de la natation, j’ai fait un peu de danse et, à neuf ans, j’ai commencé l’équitation. J’en ai fait pendant onze ans. Après, j’ai dû arrêter avec mes études. Et, là, je viens de commencer le football en loisir, depuis cet été.
Où ça ?
Dans le club d’un copain qui est au Sporting Club Nord Toulousain. On fait du foot à 7. C’est une équipe mixte dont je fais partie avec deux autres filles.
Qu’est-ce que tu penses du foot féminin ?
J’avoue que je ne suis pas trop le foot féminin, je regarde plus les matchs en masculin avec Camille. Ensuite sur le plan technique, je joue en foot à 7, ce qui n’est pas tout à fait pareil. Sur le développement du foot féminin, je trouve que c’est dommage que ça ne se développe pas plus vite, qu’il n’y n’ait pas plus d’équipes et que ça ne soit pas plus connu.
On en vient maintenant à ton boulot. Comment t’est venue l’idée de devenir chiropracteure ?
En fait, j’étais en 5ème et je faisais de l’équitation, et, à la base, je voulais faire ostéopathe pour les chevaux. On m’a donc conseillé de faire des études d’ostéopathe, en premier, pour les humains, de faire kiné et donc de passer par médecine, sauf que, moi, ce n’est pas du tout ce que je voulais faire. Je ne voulais pas faire kiné. Donc, j’ai, quand même, fait médecine. Mais en ayant raté, je me suis dit…. (Arrivée de Camille qui a interrompu brièvement notre entretien !). Du coup, j’étais en médecine et je ne voulais pas du tout faire ça et au lieu de me jeter directement dans l’ostéopathie, je me suis demandé s’il n’y avait pas quelque chose d’autre qui pourrait me plaire et j’ai découvert la chiropractie. C’est comme ça que je me suis lancé en chiro.
Pour devenir chiropracteur, que faut-il comme diplômes ?
C’est une école en France qui a deux pôles, un à Paris et un à Toulouse et c’est la seule école qui existe en France. Donc, moi, j’ai fait six ans d’études- c’est passé maintenant à cinq ans, mais moi, à l’époque c’était six ans. Au bout de ces six années d’études, on obtient le diplôme de chiropracteur.
En quoi cela consiste-t-il ?
La chiropractie, c’est une thérapie naturelle et manuelle qui permet de prendre en charge l’intégralité du corps, que ce soit les muscles, les articulations, le système nerveux. Ça permet de rétablir et de maintenir un bien-être physique et mental. En fait, on agit à deux niveaux, curatif pour soulager les douleurs, qu’elles soient musculaires ou articulaires, ou préventif pour, par exemple, diminuer le risque d’apparition de blessures, pour optimiser le bien-être, diminuer le stress, améliorer les performances sportives et bien d’autres choses…
Comment es-tu arrivée au club ?
Ma venue au club ? Evidemment par Camille, quand même. Après mes études, en fait, je suis partie huit mois en Andorre où j’ai fait un remplacement et, finalement, je suis rentrée à Toulouse parce que ça ne me plaisait pas d’être loin de Toulouse. J’ai décidé de monter mon entreprise, en fin d’année dernière, pour faire chiropracteur à domicile, en club sportif et en entreprise. Et donc, en club sportif, comme je m’intéressais un petit peu au foot, je suis rentrée, en premier, au club de Portet, cet été, et ensuite à Cugnaux, en septembre. Je fais donc les équipes Seniors de Portet et de Cugnaux.
Quels sont les types d’intervention sur les joueurs de l’équipe 1 ?
Je suis l’équipe seniors 1. J’interviens sur des douleurs musculaires, articulaires, un petit peu, mais aussi pour le préventif pour éviter qu’ils aient des blessures et donc optimiser toutes les performances des joueurs.
Quand interviens-tu ?
Je fais deux permanences à Cugnaux, le lundi soir et le jeudi soir. Le lundi soir, ça va être plus pour traiter tout ce qui est préventif et les douleurs. Dès qu’ils n’ont pas entraînement derrière, ce qui est le cas le lundi, je vais pouvoir faire de la chiro. Quant au jeudi, ça va être de la chiro pour ceux qui n’ont pas entraînement derrière et pour ceux qui ont entraînement, ça va être, plus, le musculaire pour les préparer à la séance qui suit et au match du week-end.
Est-ce que tous les joueurs sont concernés ?
Non, c’est ceux qui le veulent, ceux qui ont des douleurs. Maintenant, je suis en relation avec Thomas, l’entraîneur, qui voit qui a besoin et qui n’a pas besoin. C’est lui qui me les envoie ou qui me dit ceux qui veulent venir aux séances.
Comment ça se passe ?
Ça se passe très bien. Ils ont l’air assez content du résultat. La dernière fois que je suis venue, il en a un qui m’a dit ne plus avoir mal au dos, que c’était super. Le retour, d’une manière générale, a l’air très positif.
Si j’ai bien compris, tu agis aussi à l’extérieur du club ?
Oui. Je fais des domiciles. Pour des patients qui ont mal au dos, qui veulent de la prévention, sur les vingt kilomètres autour de Cugnaux, je me rends directement à leur domicile. Avec le club, j’ai fait un partenariat pour avoir des séances réduites pour les licenciés. S’ils veulent des séances à domicile, ils bénéficieront d’un tarif que j’ai établi avec le club.
Tu me disais qu’avec Camille, vous vous occupiez d’une radio. Peux-tu me dire ce que tu y fais ?
Alors, la radio, c’est Good Morning Toulouse et, moi, je suis rentrée dans le pôle évènementiel. Cette année, je suis secrétaire et je m’occupe de la communication, sans abandonner l’évènementiel.
A la Madewis Cup qui a été organisée en septembre à Cugnaux, on t’a vu sur les deux sites, celui de la radio et celui de l’antenne médicale.
En effet, mais là, j’étais plus sur le pôle santé pour soigner les petits, les blessures, les douleurs musculaires… Après, je faisais des allers-retours avec la radio pour voir comment ils géraient, parce qu’ils ont couvert tout l’évènement sur YouTube, tout le samedi, avec des interviews de joueurs, de coachs, de dirigeants de Cugnaux et de la Madewis. Des photos, j’en ai fait un petit peu le soir pour couvrir l’évènement.
Un dernier mot ?
Je remercie le club de me faire confiance et j’espère qu’on va passer ce confinement et qu’à la reprise on va passer une bonne saison.
Merci Marianne. Bienvenue à la JS Cugnaux et bonne saison 2020/2021 !

Les photos à l’antenne médicale à la Madewis Cup

 

Intervention au domicile

 

Photos sur la radio « Good Morning Toulouse » à la Madewis Cup

interview de Thomas Bossennec, entraîneur de l’équipe seniors 1 avant le match.