Sébastien Bouche, éducateur des U14 B: interview

Nous continuons notre voyage sur la Planète JSC par l’interview de Sébastien Bouche,  éducateur U14 B.  (A suivre…)
Les U14 A et les U14 B saison 19/20
L’interview réalisé par téléphone (confinement oblige!) par Robert Grisolia le 23/04/20
Salut Sébastien. Un mot sur ton confinement ?
Je suis marié avec deux enfants et donc je suis à la maison. Je suis le confinement à la lettre comme tout le monde. Par contre, je travaille une semaine sur trois parce qu’on est passés, dans mon entreprise, en mode drive. On ne sert plus les clients en comptoir comme on le faisait, mais en drive. Je travaille dans la société Rexel, un grossiste en matériel électrique à Colomiers. Moi, je suis commercial agence. Je réponds au devis des clients électriciens qui passent et je les sers aussi.
Peux-tu te présenter ?
Je suis né le vendredi 24 mars 1978 à Muret. Donc j’ai 42 ans. Je suis marié comme je te le disais tout à l’heure. J’ai une fille de 16 ans et un garçon de 14 ans. Comme je te l’ai dit, je suis commercial dans la société Rexel de Colomiers.
Peux-tu nous dire quel a été ton parcours sportif ?
J’ai commencé à jouer au foot à l’ASPCR au Récébédou à Portet sur Garonne. J’y ai joué quelques années. J’y ai fait Débutant, Poussin, Pupille comme on disait autrefois. Après, malheureusement, je n’ai pas pu suivre une carrière de footballeur parce que j’ai dû m’arrêter en club à l’âge de 12/13 ans pour des raisons personnelles. Mais, j’ai toujours suivi fortement le football parce que ça m’a toujours passionné. J’ai quand même continué à jouer, mais pas en club. C’était au lycée Charles de Gaulle. On a fait des tournois interclasses et des tournois en foot en salle.
Peux-tu nous parler de ton équipe ?
Cette année, qui malheureusement se termine maintenant, j’avais l’équipe 2 des U14. En fait, j’ai suivi mon fils depuis qu’il est à la JS Cugnaux, donc ça fait 7 ans. J’ai fait U9, U10, U11, U12, U13 et U14. L’année dernière et l’année d’avant, je donnais aussi un coup de main à Céline Delrieu et Lucie Hernandez avec les féminines. Je les ai aidées deux saisons et, cette année, je suis avec les U14 B, alors que Camille a l’équipe des U14 A.
D’après mes notes, Sébastien Gérard te donne un coup de main, comment fonctionnez-vous ?
Oui, je suis avec le papa de Lilian. Malheureusement, il travaille en semaine. En fait, il me rejoignait aux entraînements pour me donner un coup de main. Il était surtout là pour m’accompagner les weekends, pour la mise en place des matchs, l’échauffement gardien. On assurait le suivi des matchs qui étaient un peu compliqués cette saison.
Il avait surtout un rôle de dirigeant, non ?
Oui. Moi, je gérais tous les entraînements le lundi soir et le jeudi soir. Je faisais toutes les préparations de feuille de match sur la tablette. Je m’occupais des convocations, du suivi informatique et des e-mails de tous les parents. Je gérais la totalité de l’équipe.
Dans la catégorie des U14, il y avait 2 équipes ce qui n’existait pas en U15 et U16 cette saison. Comment vous étiez organisés avec Camille et les U14 A?
Sur les entraînements, on était ensemble le jeudi soir. Camille avait les entraînements le mardi avec les U15 A, parce que le lundi, il aurait pu être avec nous, mais il n’était pas disponible. Comme on était sur l’Entente avec Villeneuve, on était aussi sur Villeneuve. On se voyait le jeudi. Avec Camille, on échangeait beaucoup soit le jeudi, soit par téléphone, soit par e-mail. Il y avait un groupe prédéfini d’une vingtaine de joueurs en B. Il y avait 18 joueurs qui étaient en A. Parfois, des U14 A descendaient pour nous aider sur certains matchs. Inversement, il y avait des joueurs de l’équipe B qui sont allés aider pour faire le nombre chez les U14 A, quand il y avait des absents, des malades ou des suspendus.
Ça se passait bien, ces transferts ?
Oui, ça se passait très bien. Il n’y a pas eu de soucis. Les A, quand ils allaient en B, ils avaient une bonne mentalité, ils étaient là pour aider et les B, il n’y en avait pas beaucoup, quand ils allaient avec les A, ils étaient ravis. Ils étaient contents de pouvoir côtoyer un niveau au-dessus.
Un mot sur le « championnat » ?
On a démarré en brassage, mais ça n’a pas joué en notre faveur. Toutes les équipes U14 étaient en brassage. Je savais que le niveau de mes joueurs, c’était la D3 avec, peut-être, une possibilité de monter en D2, mais c’était trop léger pour y parvenir. Dans ce brassage, on s’est retrouvés avec des équipes de niveau D1 ou D2. Une seule était à notre portée, Sainte Foy de Peyrolières. On a donc pris de lourdes défaites. C’était dur pour les gamins. J’aurais préféré qu’on tombe d’emblée dans un championnat en D3 avec des équipes de notre niveau. Ils se seraient un peu plus amusés. Ce n’était pas terrible et le brassage, je trouve ça nul, mais bon !
Comment ça fonctionne ?
Le brassage a débuté en septembre et aurait dû se terminer fin février, mais à cause des intempéries et les terrains suspendus, en fin février, on était encore en brassage. Quand le championnat de la 2ème phase est sorti, il y avait 3 niveaux D1, D2 et D3. L’équipe 1 était en D2 et l’équipe 2 était en D3. Malheureusement, des matchs qui auraient été un peu plus à notre portée, on n’a pas pu les jouer à cause du confinement.
Un petit mot sur l’équipe ?
C’est un groupe avec une bonne mentalité. Ils étaient assidus aux entraînements. Ils avaient une vraie envie de jouer au football. Mais, ils étaient collectivement à un niveau relativement faible. Ce sont de gentils garçons. Malgré les défaites, ils ne se sont jamais découragés. Ils gardaient le moral. Quand on commençait le match, ils avaient envie de donner le maximum et quand, d’entrée, on était menés 1-0, 2-0, 3-0, ils avaient le moral qui flanchait. Aucun n’a arrêté le foot à cause de ça. C’est bien ! Par contre, comme je leur avais dit : l’équipe U14 B ne devait pas exister. En début de saison, on ne devait faire qu’une équipe, mais comme on avait pas mal de joueurs et que la plupart je les avais eus en U12 et U13, on a décidé, avec Jonathan, de tenter la constitution d’une 2ème équipe. Ils avaient joué au foot à 8 et j’avais envie qu’ils découvrent le foot à 11. On a donc constitué cette équipe 2. Pour beaucoup de joueurs, c’est bien ! Ils ont pu découvrir le jeu à 11. Ils se sont, quand même, bien amusés.
Quelle serait la force de cette équipe en deux mots ?
Ils avaient l’envie de jouer, d’être là, malgré tout. Même s’ils perdaient, ils étaient quand même là et c’est très bien.
Et son point faible en un ou deux mots ?
Technique et tactique. Ils ont de grandes difficultés au niveau du placement. Ils savaient ce qu’il fallait faire quand on leur demandait, mais, après, pour le réaliser sur le terrain, ils étaient un peu perdus.
Dis-nous quel est ton meilleur souvenir de la saison.
Nos deux victoires contre, entre guillemets, des équipes qui étaient à notre niveau, notamment Sainte Foy de Peyrolières. Face à des équipes de notre niveau, ils y arrivaient.
Et ton plus mauvais souvenir ?
En coupe, contre Fontenilles qui nous avait battus en championnat à l’aller et qu’on a retrouvé en Coupe. Au bout de 10 mn de jeu, on mène 2-0. Les joueurs se sont emballés. Ils reviennent à 2-2 et on perd aux pénaltys, à un tir près.
Peux-tu nous dire ce que tu comptes faire la saison prochaine ?
J’en ai parlé avec le Président et Eric Taborda. Je vais rejoindre Camille qui va prendre les U15. Mais malheureusement, avec les joueurs U14 qui passent en U15, il est fort probable qu’on ne forme qu’une seule équipe. Donc, avec Camille, on va encadrer la catégorie U15 à tous les deux.
Autre chose ?
Ça fait maintenant six/sept ans que je suis à la JS Cugnaux et plus les années passent, avec tout ce que je vois, je trouve que le club se structure de plus en plus. Je trouve ça bien. Il y a pas mal de choses qui sont en train de se mettre en place et qu’on essaye de faire tous ensemble. Je trouve que c’est bien : l’engagement des dirigeants, des coachs dans les petites choses de la vie du club que ce soit les lotos, le déménagement sur les nouvelles installations, les réceptions de matchs… C’est très convivial. Je trouve ça super et j’encourage tout le monde à continuer dans cette voie. En plus, ce qui me fait plaisir, c’est que, quand j’étais à l’ASPCR petit, quand j’entendais parler de la JS Cugnaux, pour moi, c’était une équipe, entre guillemets, à battre aussi forte que le TFC. Faire partie de la JS Cugnaux aujourd’hui, c’est une fierté. Je suis fier d’être à la JS Cugnaux, aujourd’hui, voilà !
Merci Sébastien et allez les « rouge et noir » !!

Avec les photos:

 

Avec les féminines U 13 -saison 18/19 – avec Lucie Hernandez l’éducatrice

 

 

Au tournoi de Longages juin 2019: le podium

 

 

Au tournoi de Longages avec les U12 et les U13 en  juin 2019

 

 

Au tournoi de Longages avec les U10 en juin 2017

 

 

Les U13 – saison 2018/2019

 

 

Les U12 et les U13 – saison 2017/2018