post

Après le confinement, c’est la reprise !

Après le confinement de ce mois de novembre, nos dirigeants, éducateurs, parents et enfants mineurs ont retrouvé le chemin du stade Jean Dardé. Déjà, le lundi 30 novembre, certaines catégories étaient à pied d’œuvre. Les autres ont suivi en fonction du planning d’occupation des terrains pour les entraînements. Nous sommes allés voir comment ça se passait, ce jeudi soir 3 décembre. Ce n’est pas une surprise, tous étaient très contents de retrouver le tapis vert, mais un peu déçus par les contraintes imposées par la pandémie. Nous  avons posé, aux éducateurs et joueurs, trois questions auxquelles ils ont bien voulu répondre.
Comment avaient-ils vécu ce deuxième confinement ?   Quelles étaient leurs impressions sur la forme d’entraînement qui devait être conforme aux recommandations sanitaires ?  Et enfin, comment s’était passée la période avant confinement ?Ecoutons-les !
Sébastien Bouche, co- éducateur U15 avec Camille Hermet
Le confinement? Il y avait le chômage partiel, j’étais coincé avec le boulot, je tournais une semaine sur deux avec le chômage. Là, j’ai travaillé directement, donc pas de chômage partiel, donc, pour le boulot, c’était bien. Par contre, moralement, ne pas sortir, être bloqué à la maison constamment, le foot ça manquait. Il ne me tardait qu’une chose, c’est de reprendre le foot. Maintenant, on y est. On a le droit de reprendre un semblant de football. Ça, pour les gamins et pour nous, c’est super. Ça fait du bien de revoir les petits, les parents, de toucher le ballon, de reprendre l’air un petit peu. C’est très agréable. Après, il faut espérer que le virus disparaîtra le plus rapidement possible pour qu’on puisse faire du vrai football, parce que faire des entraînements sans contact, pas faire de matchs, c’est compliqué. Aux entraînements, on fait en sorte que chaque gamin ait un ballon. On fait des séances de mise en place de jeu, mais c’est du foot, alors, si on ne peut pas se rapprocher, dribbler, c’est compliqué. Donc, on va profiter de ces semaines avant les fêtes pour se remettre à niveau physiquement : travail en endurance, reprise en main du ballon, un peu de gainage… On espère qu’en janvier, on nous libèrera et qu’on pourra repartir sur de bonnes bases. Avant le confinement, on était en D2. Notre objectif, c’est d’être en D1. On n’a eu qu’un match en début de saison que nous avons gagné 5 à 2 et on a eu un premier tour de coupe gagné aussi. On a fait donc un bon début de saison. Puis, malheureusement, après, on a pris le confinement.
Camille Hermet, co-éducateur U15 avec Sébastien Bouche
Cette reprise, elle fait plaisir, parce qu’on retrouve les terrains, on retrouve les jeunes et que ça nous manquait. Après, malheureusement, les conditions sont très particulières. C’est très bizarre ! On doit se creuser la tête pour le contenu des séances d’entraînement. On fait des exercices pour travailler un peu l’endurance, la technique et tout, même si on aimerait faire un peu plus de jeu. On essaie de leur trouver de petites choses. On sait que ça va durer 2 ou 3 semaines et après, on espère pouvoir vite reprendre les oppositions, la conservation, les compétitions… Maintenant, c’est chouette de reprendre sur le terrain, ça fait plaisir, même s’il fait froid, mais ça, c’est cool ! Ensuite, les enfants ne comprennent pas pourquoi on fait tout ça. Maintenant, ils ont été un mois sans rien faire même s’ils ont fait des trucs au collège. On est obligés de faire une petite reprise en douceur. On a même raccourci nos entraînements d’un quart d’heure. On essaie d’être plus intense, entre guillemets. Ensuite, on sent que le groupe a été blessé dans le sens où on n’a pas encore tout le monde. Il n’y en a que 15 qui sont venus aujourd’hui sur les 22 joueurs. Donc, ça va revenir petit à petit, je l’espère. Avant le confinement, le début de saison a été très propre. On s’est qualifiés en Coupe, on était premier ex-aequo en championnat. On était dans les objectifs. Il y avait un groupe qui était en train de naître. L’équipe était bonne tactiquement et, techniquement, ça progressait. C’était très intéressant et, après, ça a tout coupé. Les jeunes sont très motivés. J’espère qu’on va reprendre vite la machine.
Balkan Memet, joueur U15 
La reprise, c’est bien. Ça permet aux joueurs de se ré-entraîner avant la reprise du championnat. Je suis très content. La reprise est un peu dure. Des fois, c’est le cardio qui est un petit peu parti et on va essayer de le retravailler.
Bouche Romain, joueur U15 
Je pense que la reprise, c’est bien. On est très contents. Maintenant, c’est un peu compliqué avec toutes les prescriptions sanitaires : la distanciation de deux mètres, pas de contacts… C’est un peu compliqué. Mais, bon, pour l’instant, ça va. Là, on va retravailler tout ce qui est physique parce qu’il faut bien reprendre quand même.
Mansour Senina, éducateur U13 et responsable du foot à 8
Ce confinement ? Très compliqué pour tout le monde : pour le club, les éducateurs, les enfants! Ça a été très dur. On se demandait si on allait vraiment reprendre. J’étais sceptique un petit peu et, finalement, avec un peu de chance, on peut reprendre, au moins les entraînements. C’était déjà très compliqué en début d’année parce qu’on n’a pas pu s’entraîner comme on voulait par rapport aux conditions sanitaires. C’était très compliqué, mais je suis très content de reprendre, de revoir tout le monde, le club, la vie du club, les enfants surtout. Avec le groupe, on était en petite progression avant le confinement. C’est vrai que ce confinement m’a un petit peu bloqué par rapport au fait qu’il y a beaucoup de gamins, dès qu’ils s’arrêtent, ils perdent tout, ils ne courent pas, ils grossissent et voilà ! C’est une reprise très difficile parce qu’on nous interdit tout contact et les gamins ce qu’ils cherchent en priorité c’est de faire des matchs. Donc, on gère comme on peut. Les seules choses que l’on peut faire, ce sont des ateliers. On essaie au maximum de respecter les gestes barrières, les distances… Ce confinement n’a pas été le bienvenu. Il a cassé une belle dynamique parce qu’on était en pleine progression. On avait pris un bon départ. Le groupe progressait. J’espère que les compétitions reprendront rapidement.
Fabien Bartissol, éducateur U14
Pendant ce confinement, j’ai laissé les choses faire, sans me prendre trop la tête. Aujourd’hui, c’est la reprise. Ce ne sont que des exercices techniques : reprendre ses marques, les bases, contrôle/passes etc… On ne peut pas faire de duels, donc on ne fait que des exercices techniques. Les gamins sont heureux de revenir. Après, ils aimeraient faire des duels, du jeu… Je leur ai donné les règles. Ils les respectent malgré eux, mais il les faut. Avant ce confinement, on n’a fait qu’un seul match de championnat qui s’est soldé par une défaite à Castanet, défaite qu’on n’a pas méritée. On a eu des occasions, la possession de la balle, mais on n’a pas eu le réalisme. Castanet a été beaucoup plus réaliste. Ils ont eu moins d’occasions et ils ont marqué chaque fois et on a perdu.
Mathis Bergo, joueur U14
Ce confinement, je l’ai vécu très dur parce qu’on ne pouvait pas faire de foot, pas trop de sport. C’était un peu ennuyant, mais sinon ça va. Je suis content de cette reprise, mais au niveau cardio, il faut que je reprenne un peu. Les entraînements que Fabien nous propose, sans contacts, sans matchs, sont un peu particuliers, mais ça ne me dérange pas spécialement. C’est un peu embêtant, mais ça va aller.
Yacin Abid, joueur U14
Pour moi, ce confinement, ça ne m’a pas manqué parce que j’avais un « city » à côté de chez moi et j’y allais. Ce qui m’a surtout manqué, c’est d’être avec les copains et de jouer en match. Je suis très content de cette reprise, mais c’est un peu embêtant parce qu’on ne peut pas faire de matchs le week-end et même aux entraînements. Maintenant, les séances d’entraînement sont intéressantes, mais ce serait mieux, s’il y avait des matchs.
Abdel Hilal, éducateur des U12
On est vraiment contents de reprendre. Les enfants aussi, je pense qu’ils sont très contents de cette reprise et de se retrouver. De retrouver le ballon surtout. Ça se passe très bien. Je pensais qu’ils allaient être diminués au niveau de la condition physique et, pas du tout, parce qu’ils ont continué à faire des exercices physiques pendant le confinement, surtout qu’au collège il faisait de l’éducation physique. Ils ont gardé cette fraîcheur. Franchement, c’est comme si on n’avait pas coupé même au niveau du toucher de ballon, contrôles etc… Ils sont bien, il n’y a pas de soucis. Maintenant, au niveau de la reprise, on se doit d’adapter les séances en fonction du protocole sanitaire. On est obligé d’observer la distanciation physique entre joueurs, de faire attention au niveau des chasubles qu’ils ne se les échangent pas. Je donne un ballon à chacun d’entre eux qui en est responsable jusqu’à la fin. A la fin de la séance, je les désinfecte. On est obligés de faire attention. Avant le confinement, au niveau championnat, ça s’est très bien passé. Les enfants progressaient et c’est ce qui est le plus important, pour moi. Moi, personnellement, je ne relate pas les résultats, mais, quand même, on a fait quelques bons résultats : on a gagné quelques matchs, on en a perdu quelques-uns aussi. L’équipe est vraiment en pleine progression et, c’est ça   qui m’intéresse. Vivement la suite !
Pierre Kechteil, éducateur U13 B
Le confinement a été très dur. On a les jambes qui piquent et il nous tarde de reprendre. C’est le cas aujourd’hui. Les enfants sont un peu dissipés. Il va falloir qu’ils se remettent dedans pour refaire des progrès et retrouver leur niveau physique. Il est difficile d’organiser les entraînements avec les contraintes sanitaires. On fait des séances qui techniquement apportent moins puisqu’on est obligés de travailler individuellement et pas collectivement et sans contacts. C’est donc compliqué, mais on fait avec. Les enfants trouvent ça un petit peu dommage et difficile pour eux de l’accepter, mais ils n’ont pas le choix. Il manque les oppositions, les dribbles, les provocations et ça ils ne peuvent pas le faire. Avant le confinement, le début de saison s’est bien passé. L’équipe progresse. On essaie d’avoir un groupe homogène avec la A et la B pour que dans le foot à 11, l’an prochain, le niveau soit équivalent entre les joueurs qui évoluent en A et en B. Disons qu’on travaille bien.
Ce jeudi soir 3 décembre en images et en musique
Les photos